Les journées NEPTUNE

 

Instituées sur l’initiative de quatre membres du consortium NEPTUNE – http://neptune.irit.fr – (Nice Environment with a Process and Tools Using Norms and Examples) et organisées avec le concours de la revue Génie Logiciel, les journées « NEPTUNE » ont pour vocation de constituer un lieu de rencontre, au travers de présentations et tables rondes, pour les différents acteurs des mondes du génie logiciel et de l'ingénierie de systèmes concernés par l’utilisation et l’évolution des processus de développement logiciel basés sur les modèles. Ces journées ont ainsi un double rôle d’évaluation critique et de veille technologique.

Copyright CS Communication&Systèmes, IRIT, Génie Logiciel

 

Comité d'organisation


Agusti Canals (CS Communication&Systèmes) - agusti[dot]canals[at]c-s.fr
Thierry Millan (IRIT) - millan[at]irit.fr
Elie Najm (Télécom ParisTech) – Elie.Najm[at]Telecom-ParisTech.fr
Jean-Claude Rault (Génie Logiciel) - genie-logiciel[at]orange.fr

slides 2012

Journées NEPTUNE 2012

 

6 juin 2012

 

09h00-09h15

Accueil et présentation des journées NEPTUNE 2012

A. Canals (CS  Communication&Systèmes) Français
09h15-9h45 L'actif immatériel du SI P. Bonnet (Orchestra Networks)
9h45-10h15 Règles métiers, une synthèse de l'I.A. et de l'IDM pour passer du codage à la création des applications de gestion P. Albert (IBM)
11h00-11h30 ADM de l’OMG et Projet REMICS : Reuse and Migration of legacy applications to Interoperable Cloud Services A. Henry (Netfective)
11h30-12h00 Outils dédiés pour l'analyse des systèmes d'information S. Ducasse (INRIA) & U. Bhatti (Synectique.eu)
14h00-14h30 IDM et méthodologie de gestion de projets : comment convaincre les équipes, quels systèmes d'échange d'informations ? P. Laurent (Sopra Group)
14h30-15h00 Influence des choix d'interaction homme-machine sur le métier S. Dupuy-Chessa (Université de Grenoble), D. Rieu (ENSIMAG) et G. Godet-Bar (ENSIMAG)
15h30-16h00 Une approche IDM pour la conception de systèmes d'information sécurisés: le projet ANR SELKIS. R. Laleau (Université Paris-Est Créteil)
16h00-16h30 Security architecture assessment tool C. Hébert (SAP)
16h40-17h40

Bilan et synthèse de la journée
Table ronde
Les SI et l'IDM, quel avenir ?

Animateurs : A. Canals (CS Communication&Systèmes)
Participants : S. Ducasse, P. Albert, D. Rieu, R. Laleau et P. Laurent

A venir
17h40-19h40

« Disputation »
Et si on changeait la protection des données ?
Quelles conséquences sur le SI des entreprises

Hervé Crespel (X4it)

 

7 juin 2012

 

09h00-09h15

Modélisation et domaine spatial : aperçu et tendances actuelles

J. Delange (ESA)
09h15-10h00 Modélisation dans un contexte industriel D. Lesens (Astrium)
10h30-11h15 Modélisation : outillage et intégration E. Gaudin (Pragmadev)
11h15-12h00 Modélisation et qualification : passé, présent & futur M. Bordin (Adacore)
12h00-12h15 Conclusion et synthèse, tendances à venir J. Delange (ESA)  
14h00-14h30 Développement d’usines logicielles avec EGF B. Langlois (Thales)
14h30-15h00 Migration vers l'IDM : un retour d'expérience concret sur la modélisation et les outils J.-F. Tilman (Geensyde)
15h30-16h00 l'IDM pour la Sécurité et la Sûreté dans la Radio Logicielle E. Borde - F. Cadoret (Telecom ParisTech), H. Balp (Thales), C. Castellanos (Telecom ParisTech), D. Potop - Y. Sorel (INRIA), P. Dissaux (Ellidiss)
16h00-16h30 DSL graphique : le moyen d'équiper des spécialistes métier d'outils sur mesure E. Juliot (OBEO) Lien vers le site contenant la présentation annimée
16h30-17h30 Conclusion/Débat Animateurs : J. Delange (ESA) et E. Najm (Télécom ParisTech)  
Synthèse des journées NEPTUNE
Daniel Café (Supelec) et
Ayman Dogui


Les meilleurs papiers seront publiés dans la revue "Génie Logiciel - Magazine de l'ingéniérie du logiciel et des systèmes" durant le mois de juin 2012 Génie Logiciel - Magazine de l'ingéniérie du logiciel et des systèmes - GL & IS - 8, rue du Parc - 92190 MEUDON

images/files/Neptune2012/Transparents/p01_acanals.pdf

NEPTUNE 2012

L’INGÉNIERIE DIRIGÉE PAR LES MODÈLES

IDM & Systèmes d’Information, IDM & Espace, Outils de l’IDM


L’ingénierie dirigée par les modèles et, en particulier, les processus de développement logiciel à base de modèles ont toujours été au centre des préoccupations des Journées Neptune. Ces procédures correspondent à un paradigme dans lequel le code source n’est plus considéré comme l’élément central d’un logiciel, mais comme un élément dérivé d’éléments de modélisation.

Cette approche prend toute son importance dans le cadre des architectures logicielles et matérielles dirigées par les modèles utilisant des standards tels que les spécifications MDA (Model-Driven Architecture) proposées par l’OMG. De telles architectures s’intègrent tout naturellement dans un processus de développement à base de modèles s’assurant, à chaque niveau de modélisation, que les modèles obtenus et réutilisés ont les qualités requises. Cette démarche met le modèle au centre des préoccupations des analystes/concepteurs. Leur élaboration devient donc centrale et le choix du formalisme revêt une importance capitale.

Les travaux concernant l’IDM menés jusqu’à ce jour dans le cadre de collaborations académiques/industrielles montrent que ces technologies intéressent de plus en plus le monde des entreprises. Suite à une étude menée en 2011, il s’avère qu’un domaine d’application de l’IDM émerge fortement : les systèmes d’information. Ce domaine est vaste, car il regroupe des thématiques aussi différentes que l’interopérabilité des systèmes d’information ou l’intégration basée sur la rétro-ingénierie utilisant l’IDM. Cette thématique constituera l’élément central de cette première journée qui sera animée par un représentant d’un groupe de travail sur les rapprochements entre systèmes d’information et l’IDM. Une seconde journée comportera deux parties : la première concernera l’utilisation de l’IDM dans un domaine spécifique, celui du spatial, et la deuxième proposera un zoom sur les outils spécifiques de l’IDM. L’animation de la première partie sera confiée à un représentant de l’Agence Spatiale Européenne. Afin de prendre en compte les retours de l’enquête de 2011, l’organisation des journées laissera plus de place aux discussions. À cet effet, un débat se tiendra chaque demi-journée, débat qui permettra d’approfondir les présentations faites et de donner la parole aux participants.

Comité de programme

 

Présidence : Thierry Millan - IRIT/IUT et Agusti Canals - CS Communication&Systèmes

Président Honoraire : Pierre Bazex - IRIT/UPS

 

Franck Barbier - UPPA (F)
Mireille Blay-Formarino - UNICE (F)
Jean-Michel Bruel – IRIT (F)
Isabelle Borne - UBS (F)
Juan Carlos Cruellas – UPC (E)
Julier Delange - ESA (NDL)
Patrick Farail – AIRBUS France (F)
Albert Fayos – GTD (E)
Frédéric Lang – INRIA Rhône-Alpes (F)
Hervé Leblanc - IRIT (F)
Jérôme Hugues – ISAE (F)
Pierre-Alain Muller – UHA (F)
Elie Najm – Télécom ParisTech (F)
Ileana Ober – IRIT/UPS (F)
Laurent Pautet – Télécom ParisTech (F)
Christian Percebois – IRIT/UPS (F)
Jean-Claude Rault – Génie Logiciel (F)
Dominique Rieu – ENSIMAG (F)
Pascal Roques – PRFC (F)
Alain Rossignol – ASTRIUM (F)
Nicolas Trèves – CNAM (F)

Partenaires

Sponsors :

 

Organisateurs : Organisateurs


Partenaires : partners

L'actif immatériel du SI

P. Bonnet (Orchestra Networks)

In a fast-growing digital economy, the growth is based on Intangible Assets mainly. Information and its right governance are becoming the fuel of this growth. When governing information with help from a suitable Information System, many business opportunities are within grasp. Conversely, when a company is weak in managing information, keeping the control of the digital economy growth becomes a real nightmare:

* Firstly, low-level of risks control as information traceability is not really enforced and security concerns arise: where is the right information? Who is authorized to read, update information? How to correlate data with each other in a secure and responsive way? Who is empowered to access and derive some benefit from a piece of information?

* Secondly, misalignment with international business regulations and standards which deeply hinder competitiveness of a company in many domains: health sector (hospitals, clinics, patient folder, etc.), financial and accounting sectors (Fpml, IAS, Basle, Solvency, archiving regulations, etc.), manufacturing and retail (products and foods traceability), real-estate (real-time stock market), education sector, green economy and its business regulations, etc. For IT specialists, the question to deal with is how to measure the value of Intangible Assets managed through the Information System; it means a company’s Data, Rules and Processes. Amongst approaches to take into consideration, the current momentum around the Enterprise Architecture field must be studied.

Key words: Information system Assets, IS Rating, Intangible Asset, Master Data Management, Business Rules Management System, Intrinsic Value, Use Value, Business Value.

Règles métiers, une synthèse de l'I.A. et de l'IDM pour passer du codage à la création des applications de gestion.

P. Albert (IBM)

Nous décrivons l’approche de modélisation d’application dite par « Règles Métiers » en insistant particulièrement sur la façon dont elle crée un pont unique à notre connaissance entre l’Ingénierie de Modèles et l’Intelligence Artificielle. Les applications dites « de gestion » avec leur arsenal de code Cobol ont longtemps rebuté les chercheurs… par contre, à les regarder de plus près, on s’aperçoit rapidement que dans de nombreux cas, si le langage Cobol et les outils transactionnels associés fournissent des modèles d’exécution très appropriés, l’approche par DSL apporte un complément idéal pour modéliser le domaine et représenter les détails parfois très nombreux et complexes de la logique applicative. La pression croissante sur l’évolution des métiers des entreprises conduit à modifier la logique métier avec des temps de cycle incompatibles avec ceux de l’informatique traditionnelle ; elle a donc poussé au développement de langages permettant de « sortir les informaticiens » de la boucle. Ces langages ont une syntaxe qu’un professionnel du métier concerné peut comprendre, voir manipuler, ils ont également une sémantique qu’une machine peut interpréter. On les retrouve sous le nom de « Langages Contrôlés ». La variante plus récente, dite « BDSL » –Business Domain Specific Language –, portée par l’approche des règles métiers permet donc aux professionnels non informaticiens de faire évoluer eux-mêmes les adaptations de leurs règles de gestion.

 

L’essor des règles métiers a ainsi conduit à un renouveau de la « programmation par règles », tombée dans l’oubli après la vague des « Systèmes experts » des années quatre-vingt. Son déploiement massif ouvre de nombreux problèmes passionnants aux deux communautés de l’IdM et de l’I.A. A nous de les prendre à bras le corps !

 

Modernisation d’applications anciennes vers des plateformes Cloud

Le projet REMICS : Reuse and Migration of legacy applications to Interoperable Cloud Services

Alexis Henry (Netfective)

Résumé : A l’heure de l’informatique dans les nuages et ou les deux langages de programmation les plus utilisées à ce jour sont Java et C++ il s’avère que 75% du patrimoine applicatif mondial est en Cobol. Or maintenir et faire évoluer des applications, pour la plupart critiques, est de plus en plus difficile de par le départ des ressources « sachantes» et compétentes.

Si les progiciels prêt à l’emploi et maintenant les offre d’application SaaS apportent de réelles solution pour les projets verticaux (mise en place d’un CRM, d’une comptabilité …) ceux-ci ne sont pas la solution pour le remplacement d’applications dont la valeur provient des règles de gestion quelles mettent en œuvre. En effet ces applications mettent en œuvre des processus de l’entreprise qu’il n’est pas souhaitable de remplacer (impact du changement d’une application prête à l’emploi) et vouloir les ré implémenter sur une nouvelle souche technologique est une tache complexe car ces systèmes furent ajustés par le menu détails pendant des périodes de 20 à 40 ans.

L’intérêt d’une solution de modernisation automatisée, permettant la récupération des savoir et la réécriture du code métier vers une architecture moderne (Java JEE, .Net) est donc majeur. Les architectures Cloud quand à elles sont bien adaptées aux attentes d’aujourd’hui (élasticité des accès aux ressources, paiement à la consommation) et aux spécificités des applications anciennes à forte sollicitation (plusieurs milliers d’utilisateurs, problématique Big Data, Framework de batch, gestionnaire de queue …), elles constituent donc une bonne cible d’architecture.

Le projet Remics, et le rôle de Blu Age dans ce projet est d’automatiser l’extraction des éléments à migrer sous forme de modèles UML2 (règles de gestion, modèle de données, logique applicative …) puis de générer l’intégralité du nouveau code source et de migrer les données vers l’architecture cloud de destination.

 

Mots clés : Cloud, Informatique en nuage, PaaS, Saas, IaaS, Legacy, Modernisation, Ingénierie de modèles, MDA, ADM, KDM, Cobol, Application obsolète, big data, Amazon, Azure.

 

Outils dédiés pour l'analyse des systèmes d'information

S. Ducasse (INRIA), U. Bhatti (Synectique.eu)


Cette présentation aborde un point important pour l'évolution des systèmes d'information : la nécessite d'avoir accès à des outils adaptables aux besoins spécifiques de chaque système
d'information. En effet, alors qu'il est simple d'obtenir des métriques génériques, être à même de capturer certaines spécifités et de créer
des cartographies dédiées est un défi à grande valeur ajoutée. Après une présentation de notre approche basée sur
des meta-outils, la société synectique montrera comment ces outils ont été dérivés pour extraire et vérifier l'architecture de Papyrus, et ces 800 paquetages Java.

IDM et méthodologie de gestion de projets : comment convaincre les équipes, quels systèmes d'échange d'informations ?

P. Laurent (Sopra Group)

On peut faire un constat simple : le mode de recueil et de partage de connaissance que proposent les modèles n'est pas accessible ou recevable par toutes les parties prenantes d'un projet informatique :

* Coté maîtrise d'œuvre, un monde idéal aurait des concepteurs/modeleurs très expérimentés, capables d'un haut niveau d'abstraction, tant au niveau métier qu'au niveau architecture logicielle.

Dans la réalité, pour les jeunes ingénieurs mis sur les projets, on assiste rapidement à une scission entre deux populations: D'un coté des "adopteurs" qui, débarrassés du poids de la réalisation, trouvent dans les modèles un moyen d'exprimer leur vision d’une solution; d'un autre coté des "réalisateurs" qui, privés de la boucle de rétroaction essai-réponse que procurent les langages de programmation, s'avèrent embarrassés voire paralysés pour modéliser.

A l'expérience, les premiers pensent avoir trouvé leur vrai métier tandis que les seconds demandent à sortir des projets MDA.

* Coté maitrise d'ouvrage cette fois, ce monde idéal aurait des clients avec une grande aisance de lecture des modèles produits.

Dans la réalité, on constate qu'un PIM UML n'est pas lisible par les clients, même avec explications. Il faut leur construire un CIM qui soit "pédagogique" en oubliant de fait l’objectif de continuité entre modèles, en tout cas au travers de l’outillage.

Comment dès lors concilier la productivité attendue d’une démarche outillée par les modèles avec les attentes des personnes ? Comment structurer son projet ?

 

Influence des choix d'interaction homme-machine sur le métier

S. Dupuy-Chessa (Université de Grenoble), D. Rieu (ENSIMAG) et G. Godet-Bar (ENSIMAG)

Les méthodes et modèles classiques de conception et de développement proposés par le Génie Logiciel ont fait leurs preuves pour la spécification et le développement des fonctionnalités d’un système. Cependant, l’évolution rapide des technologies a favorisé l’émergence de nouvelles possibilités d’interaction. La prise en compte de ces nouvelles interactions peut déclencher une évolution de la partie fonctionnelle du système. Par exemple, un plan d’un logement en trois dimensions nécessaire à l’interaction pour la gestion de la localisation des dommages dans un état des lieux informatisé peut permettre d’envisager des visites virtuelles de ce logement.

Dans cet exposé, nous présentons une intégration de pratiques de conception de l’Interaction Homme-Machine dans un cycle logiciel. Notre contribution est une extension de la méthode Symphony, où sont intégrés des modèles et fragments de processus pour la collaboration entre des acteurs issus des domaines du Génie Logiciel et de l’Interaction Homme-Machine. En nous basant sur le cas de systèmes interactifs couplant mondes réel et virtuel, nous montrons comment la prise en compte de l’interaction peut faire évoluer les différents modèles du métier (processus métier, cas d’utilisation ou concepts du domaine) produits au cours de l’étude des besoins fonctionnels.

Mots-clés : méthode de conception, interaction homme-machine, processus, évolution applicative

 

Une approche IDM pour la conception de systèmes d'information sécurisés: le projet ANR SELKIS

R. Laleau (Université Paris-Est Créteil)

Le projet ANR SELKIS a pour objectif de développer une méthode d'analyse et conception de Systèmes d'Information (SI) sécurisés qui aborde les aspects fonctionnels et sécuritaires dès les premiers niveaux d'abstraction du développement et combine les mécanismes sécuritaires disponibles au niveau implémentation dans les logiciels de stockage d'information. Les propriétés de sécurité que nous considérons principalement dans le projet concernent le contrôle d'accès. La méthode est fondée sur une approche IDM, qui comporte 3 niveaux d'abstraction (CIM, PIM et PSM). Le modèle le plus abstrait (CIM) spécifie les différents types d'exigences (incluant les exigences de sécurité) recueillies à partir du système à construire et de son environnement. Le second modèle (PIM) décrit le système à construire composé de la partie fonctionnelle du SI, des règles de contrôle d'accès et du filtre de sécurité. Le modèle du système est obtenu par combinaison de plusieurs langages graphiques: UML pour modéliser l'aspect fonctionnel, une extension de SecureUML et ASTD-SEC (Algebraic State Transition Diagrams for SECurity) pour modéliser les règles de contrôle d'accès. Les modèles graphiques obtenus sont traduits en spécifications formelles (B et Z) qui sont alors complétées par la spécification du filtre de sécurité. Différents types de vérification et validation peuvent ensuite être réalisés en utilisant les outils associés à B et Z. Le dernier modèle (PSM) caractérise l'architecture d'implémentation retenue pour le SI. Il décrit en particulier l'implémentation du filtre de sécurité défini au niveau PIM. Dans le projet, nous considérons plusieurs types d'architectures orientées services (où les données sont stockées dans des bases de données relationnelles) dans lesquelles le filtre de sécurité est considéré comme un service. Finalement nous proposons des règles de transformation du niveau PIM au niveau PSM qui se basent sur le raffinement de la méthode B. L'approche SELKIS est appliquée à des SI médicaux.

Mots-clés : Systèmes d'Information, Sécurité, Méthodes Formelles, IDM

Security architecture assessment tool

C. Hébert (SAP)

L’Architecture Security Advisor (ASA) est un outil ayant pour vocation d’aider un maitre d’œuvre, un architecte, un auditeur ou un expert en sécurité à détecter de possibles vulnérabilités de sécurité dès la définition de l’architecture. Se basant sur des diagrammes d’architecture existants, il propose  des questionnaires contextuels liés aux connaissances des utilisateurs de l’outil. Au niveau spécifique de sécurité, il permet de recueillir des informations liées à six grandes familles d’attaque : la falsification d’identité, les modifications malicieuses, la répudiation, l’accès à des informations sensibles, le déni de service et l’élévation de privilèges.

En combinant l’ensemble des informations et des propriétés du diagramme recueillies, directement ou indirectement liées à la sécurité, l’outil va suggérer de possibles violations de la conformité de l’architecture vis-à-vis de normes internes à l’entreprise ou bien externes (SOX, PCI-DSS, …) et permettre au diagramme d’être immédiatement corrigé.

Cet outil, à l'état de prototype, est utilisé par SAP afin d’accélérer les revues d’architecture et de détecter au plus tôt dans le cycle de développement des failles de sécurité coûteuses à réparer – voire irrémédiables – une fois passée l’étape de la conception.

Mots-clef : Vulnérabilité, Sécurité, Aide à la décision, Conformité, Architecture

« Disputation » Et si on changeait la protection des données ? Quelles conséquences sur le SI des entreprises

H. Crespel (X4it)

Pionnier de la conception objet et du développement agile, Hervé Crespel a une expérience de plus de 30 ans dans le système d’information d'une très grande entreprise multinationale du monde des télécommunications. Conjuguant théorie, management et pratique, comme DSI régional, directeur technique, directeur de l’innovation, directeur du contrôle qualité ou comme responsable de l’urbanisme et de l’architecture d’entreprise, il a acquis une large connaissance technique et fonctionnelle, lui permettant de diriger des spécialistes d’informatique, conduire des programmes et prendre des décisions relatives aux architectures ou aux grands budgets. Il a introduit dans sa compagnie le premier PC, la première imprimante à laser ou le premier réseau de données. Il a aussi introduit le format pdf et le CD-ROM en 1994, Java en 1997, XML en 1999 ou Adobe Flex en 2005. Aujourd’hui retraité, il a fondé X4it, une petite entreprise ayant pour vocation de diffuser et croiser les bonnes pratiques pour produire du logiciel durable et de haute qualité dans le domaine des systèmes d'information.

Modélisation dans un contexte industriel

D. Lesens (Astrium)

L’ingénierie dirigée par les modèles est le sujet de nombreux projets de recherche théorique. Mais qu’en est-il de leur utilisation réelle dans l’industrie ? L’objectif de cette présentation est, dans un premier temps, de fournir des éléments partiels de réponses dans le domaine spatial. Divers sujets seront abordés, couvrant à la fois les aspects techniques de l’ingénierie dirigée par les modèles :

  • * Maturité des outils,
  • * Sémantique des langages,
  • * Génération automatique de code
  • * Transformation de modèle,
  • * …

que les aspects organisationnels :

  • * Formation des équipes de développement,
  • * Ecriture de directives société,
  • * Adaptation des processus génériques aux spécificités de chaque projet
  • * …

Des retours d’expérience de projets opérationnels seront présentés. Dans un second temps, la présentation fera le point sur les besoins aujourd’hui non ou mal couverts par l’ingénierie dirigée par les modèles.

  • * Couverture des exigences non fonctionnelles,
  • * Compatibilité avec l’avionique intégrée modulaire (partitionnement temporel et spatial)
  • * Liens entre les modèles d’ingénierie et les modèles de sûreté de fonctionnement
  • * …

Des pistes de recherches seront alors suggérées avec leurs potentiels cas d’application.

Modélisation : outillage et intégration

E. Gaudin (pragmadev)


Le développement orienté modèle a suscité beaucoup d'intérêt cette dernière décennie. Un des principes sous-jacents à ce type d'approche est de passer le plus de temps possible en haut de la branche gauche du cycle en V. C'est à dire à comprendre ce que l'on cherche à faire avant de plonger dans les détails d'implémentation. Comme chaque domaine adresse des problématiques différentes et que chaque étape du processus de développement a des besoins spécifiques, de nombreuses technologies ont fait leur (re-)apparition sur le marché.

Quel que soit le niveau de détail des modèles, se pose la question du test et de la vérification: Quelles propriété peuvent être vérifiées ? Est-ce que des tests peuvent être générés à partir de l'expression des besoins ? Peut on en générer à partir du modèle ? Dans tous les cas, pour permettre une vérification dynamique du modèle, un haut niveau de formalisme est nécessaire.

Cette présentation abordera:

  • * les différentes technologies de modélisation et leur positionnement respectifs par domaine et dans le cycle de développement. Plus particulièrement les technologies SDL, ASN.1, et TTCN-3 seront abordées et en particulier leur intégration dans l'environnement TASTE de l'Agence Spatiale Européenne.
  • * les techniques de vérification de modèles et de génération de test via la technologie IF.
  • * une démonstration du processus sur un système simple: expression des besoins, architecture, simulation, prototypage, vérification de propriété, génération de tests.

Modélisation et qualification : passé, présent et futur

M. Bordin (Adacore)

 

Nous allons introduire les objectifs et les premiers résultats du projet collaboratif Projet P.

Projet P vise à soutenir l'ingénierie dirigée par les modèles pour les systèmes embarqués temps-réel de haute intégrité, en fournissant un système de génération du code ouvert capable de:

  1. Vérifiez la cohérence sémantique des systèmes décrits à l'aide des sous-ensembles sûrs de langages de modélisation hétérogènes, allant de langages representant le comportement jusqu'à l'architecture, et avec une sémantique synchrone et asynchrone (Simulink/Matlab, Scicos, Xcos, SysML, MARTE, UML).
  2. Générer du code source optimisée pour plusieurs langages de programmation (Ada, C/C++) et de synthèse (VHDL, SystemC).
  3. Soutenir un processus de certification multi-domaine (avionique, espace, automobile) en fournissant du matériel de qualification ouvert.

Projet P est un projet de recherche sur trois ans financé dans le cadre du financement FUI française 2011. Il représente la collaboration de grands partenaires industriels (Airbus, Astrium, Continental, Rockwell Collins, Safran, Thales), des PMEs (AdaCore, Altair, Scilab Enterprise, IST), des sociétés de services (ACG, Aboard Engineering, Atos Origins) et des centres de recherche (CNRS, ENPC, INRIA, ONERA).



We will introduce the goals and first results of the collaborative project Project P.

Project P aims at supporting the model-driven engineering of high-integrity embedded real-time systems by providing an open code generation framework able to:

  1. Verify the semantic consistency of systems described using safe subsets of heterogeneous modeling languages, ranging from behavioural to architectural languages and presenting a synchronous and asynchronous semantics (Simulink/Matlab, Scicos, Xcos, SysML, MARTE, UML).
  2. Generate optimized source code for multiple programming (Ada, C/C++) and syntesis (VHDL, SystemC) languages.
  3. Support a multi-domain (avionics, space, and automotive) certification process by providing open qualification material.
Project P is a three-years research projects funded within the French FUI 2011 funding framework. It sees the collaboration of major industrial partners (Airbus, Astrium, Continental, Rockwell Collins, Safran, Thales), SMEs (AdaCore, Altair, Scilab Enterprise, STI), service companies (ACG, Aboard Engineering, Atos Origins) and research centers (CNRS, ENPC, INRIA, ONERA).

Développement d’usines logicielles avec EGF

B. Langlois (Thales)


L’objectif des usines logicielles est d’améliorer la productivité et la qualité des activités liées au développement et à la maintenance du logiciel, ceci grâce à l’automatisation des tâches manuelles. Plusieurs techniques en permettent leur mise en œuvre. Ce papier se focalise sur la technique générative. Après avoir examiné les attentes particulières liées à la génération logicielle, l’étude se porte sur le composant Eclipse EGF (Eclipse Generation Factories) dédié à cette problématique, avec pour illustration la présentation de deux portefeuilles de génération livrés avec EGF, l’un sur l’enrichissement de la génération Eclipse EMF et l’autre sur un éditeur et un générateur pour l’intégration continue. En dernier lieu, il est étudié comment un tel outil peut s’intégrer à un processus logiciel.

Mots clés : Modèle, Eclipse, EGF, Génération, Usines Logicielles

Migration vers l'IDM : un retour d'expérience concret sur la modélisation et les outils

J.-F. Tilman (geensyde)

 

L'ingénierie dirigée par les modèles a aujourd'hui le vent en poupe pour le développement de tous types de produits, notamment les systèmes embarqués. Nombre d'articles et de conférences développent largement ces thèmes. En pratique, cependant, beaucoup de questions se posent pour adopter effectivement de telles approches dans un contexte industriel.

Cet article veut apporter un éclairage sur ces questions en présentant un retour d'expérience concret de mise en oeuvre de ces approches pour une application avionique. Il détaille des points clé à prendre en considération, des compromis à trouver, des pièges à éviter.

Les apports de l’IDM à la sécurité et à la sûreté de fonctionnement Une application à la radio logicielle

E. Borde - F. Cadoret (Telecom ParisTech), H. Balp (Thales), C. Castellanos (Telecom ParisTech), D. Potop - Y. Sorel (INRIA), P. Dissaux (Ellidiss)

Le présent article présente les travaux en cours de réalisation dans le cadre du projet PARSEC (ANR), projet dont l’objectif est de proposer une chaîne de compilation de modèles qui concilie deux approches importantes de la sûreté de fonctionnement : l’isolement spatio-temporel et la sémantique d’exécution flots de données. La sécurité, aspect important du domaine de la radio logicielle, est traitée par les techniques habituelles de ce domaine.

Mots clés : IDM, sécurité, sûreté de fonctionnement, isolement spatio-temporel, radio logicielle, AADL, SynDEx

DSL graphique : le moyen d'équiper des spécialistes métier d'outils sur mesure

E. Juliot (OBEO)


Est ce à l'utilisateur de s'adapter à un outil ou à l'outil de s'adapter à l'utilisateur ?
Cette question anodine est au coeur de l'acceptation ou du rejet des approches de modélisation. Pendant plusieurs année, l'industrie logicielle et la recherche ont cru pouvoir imposer à différents secteurs une vision unique des concepts à manipuler. Cette vision idéale ne marche pas car chaque métier est différent et utilise son propre vocabulaire. L'approche Domain Specific Language est ainsi née, mais était jusqu'à récemment sous outillée.

Cette présentation montrera la démarche pour créer un atelier de modélisation sur-mesure, complètement spécialisé vis à vis des attentes des utilisateurs. Un atelier de ce type supporte nativement le stockage de concepts métiers dans un format ouvert et permet de choisir chaque forme, comportement ou mode d'édition (diagramme, tableau, arbre, ...). La présentation s'appuiera sur l'outil Obeo Designer pour expliquer la façon de paramétrer ce type d'atelier, et sera illustrée par des cas d'application réels dans l'ingénierie système.

Enfin, un focus particulier sera effectué sur le sujet suivant : opposer DSL et UML est un débat du passé. Il sera ainsi montré comment les DSL sont vus comme des "UML industrialisés" et comment ils cohabitent de manière transparente avec des outils standards tels que TopCased.
© 2000 NEPTUNE Consortium - All Rights Reserved  IST project n° 1999-2010